Avenue Jean-Jaurès

Créée en 1787, l'avenue Jean-Jaurès, bordée de commerces et d’habitations, constitue l'artère principale de la ville. Il est nécessaire aujourd’hui de repenser cet axe passant, structurant, lieu de vie central.

Réaménagement de l'avenue Jean-Jaurès

Le projet de réaménagement a pour objectifs d’embellir l’avenue, d’améliorer l’attractivité commerciale et d’augmenter l’espace piétonnier et cycliste. Les travaux débutent à la mi-juin. Dans les prochains mois, elle sera transformée avec un aménagement paysager, de nouvelles voies de circulation, un miroir d’eau sur la place Innopolis…

Une avenue plus conviviale

L'avenue Jean-Jaurès est l'artère principale de Petit-Quevilly et relie l’avenue de la Libération à la place Waldeck-Rousseau. Elle compte deux stations de métro, un arrêt de bus, un centre commercial et de nombreux commerces. Des habitations, le collège Fernand-Léger et la pépinière Seine Innopolis la bordent également. C’est un lieu animé, mais qu’il faut repenser, redessiner pour mieux y circuler, s’y promener et y vivre.

La Ville a acquis plusieurs bâtiments et des démolitions ont déjà été effectuées pour préparer le futur chantier. Ainsi, par exemple, à l’angle du passage Liégeard, le magasin de spécialités portugaise est détruit. Deux immeubles, un à l’angle de la rue Maurice-Mailleau et l’autre à l’angle de la rue Joseph-Lebas également détruits, ont laissé place à de grands pignons aveugles donnant directement sur l’axe. La ville a ainsi lancé un appel à projets pour la création d’une œuvre d’art contemporaine sur ces pignons visibles de l’avenue.

Enfin, les premiers travaux débutent mi-juin et concernent la partie entre la rue Claudine Guérin et la rue de la République. Le chantier dure 6 mois (réseaux, signalisation, éclairage public, espaces verts). Le second tronçon touche la rue de la République jusqu’au début de l’avenue de Caen, vers Rouen et débute au printemps 2020.

Une circulation apaisée entre pétons, cyclistes et automobilistes

Plus de place pour les piétons 

Actuellement, l’avenue Jean-Jaurès comporte trois voies de circulation. Après les travaux, elle en comptera deux : une vers Grand-Quevilly et une autre en direction de Rouen. Les voies seront peu larges pour réduire la vitesse automobile. Grâce à ce nouvel aménagement, les trottoirs sont élargis, une piste cyclable du côté de Seine Innopolis est aménagée ainsi que des places de stationnement. Sur la contre-allée, les places de stationnement actuellement en épis seront en créneau. À terme, l’avenue sera placée en zone 30 pour faciliter les interactions entre tous les usagers de la route.

Les trottoirs sont élargis vers le rond-point Prévert pour un meilleur accès à la bibliothèque François-Truffaut et au théâtre de la Foudre, d’une part, et de l’autre, côté bar des sports, pour profiter de la terrasse.

L’objectif est de redonner la place aux piétons et aux cyclistes, dans un environnement apaisé. Une fois les commerces et terrasses mis en valeur, quel plaisir de cheminer en toute sécurité et de s’asseoir prendre un café…

Par ailleurs, pour le bien-être de tous, des caméras de vidéo-protection supplémentaires seront installées.

Un miroir d'eau devant Seine-Innopolis

Une place arborée et connectée

Malgré sa large étendue, le parvis de Seine Innopolis manquait de convivialité. Afin d’en faire un lieu de repos agréable et une place centrale où se détendre, deux aménagements majeurs ont été effectués cet été 2020. Le premier est la création d’un bassin de 18 X 15 mètres. Ce miroir d’eau peu profond et de pente très faible reflétera l’élégante façade en pierres. L’été, il apportera de la fraicheur avec ses 24 jets ! Le second : l'installation d'un mobilier design et connecté : des stations de travail et un banc avec 4G, WI FI et recharge pour téléphone portable ! Des bancs en bois complétés par un éclairage à leds apportent de la convivialité à l’ensemble arboré. 2 pins sylvestre, des amélanchiers à floraison blanche, des prunus aux délicates fleurs roses, des poiriers de chine et des arbres de Judée seront plantés sur l’esplanade pour former un écrin multicolore à la belle saison.

70 arbres replantés : tilleuls, poiriers et pins sylvestre

Un diagnostic phytosanitaire a été réalisé et conclut à une mauvaise santé des platanes de l’avenue. Fragilisés par le métro, les platanes ont développé des racines qui soulèvent le bitume. Les branches prennent trop de hauteur et cachent la lumière aux riverains. La Ville a donc décidé d’abattre ces 36 platanes. 36 arbres comme des tilleuls seront replantés ainsi que 34 arbres de petit à moyen développement : arbres à fleurs roses et arbres aux mouchoirs à floraison blanche sur les trottoirs.