Numérique

Reboot écosystème : un projet solidaire et écologique !

Caroline Degrave des Copeaux Numériques, Olivier Langlet de la société Ofélias et Samuel Olivier du Réseau Grain s’unissent pour créer Reboot Écosystème, un projet solidaire et écologique.

Publié le

Un projet solidaire et écologique !

Caroline Degrave des Copeaux Numériques, Olivier Langlet de la société Ofélias et Samuel Olivier du Réseau Grain s’unissent pour créer Reboot Écosystème, un projet solidaire et écologique. Ces trois structures souhaitent créer une filière locale de réemploi de matériel informatique et faciliter l’accessibilité au numérique pour le plus grand nombre. Rappelez-vous, en 2020, la Ville et Olivier Langlet avaient lancé un projet similaire permettant à des familles quevillaises de bénéficier d’ordinateurs.

“Lors du premier confinement, nous nous sommes aperçus qu’il y avait une fracture numérique notamment à Petit-Quevilly. Nous savons aussi que la fabrication des terminaux numériques représente 70% de l’empreinte carbone du numérique en France ! Suite à ces constats, nous avons créé Reboot Écosystème. Ce projet est né d’une alliance avec les Copeaux numériques, créateurs du tiers-lieu quevillais le Kaléidoscope, Ofélias, entreprise quevillaise spécialisée dans le numérique et le Réseau grain, réseau associatif de structures de l’économie sociale et solidaire et de l’insertion par l’activité économique. Nous avons des champs de compétences complémentaires et une vision commune du monde de demain.

Reboot Écosystème répond à plusieurs objectifs : le recyclage et le réemploi du matériel informatique,la lutte contre la fracture numérique, l’accès à l’emploi, l’intégration professionnelle et l’inclusion numérique et sociale. Pour lancer l’expérimentation, la Métropole Rouen Normandie nous soutient. Elle nous a versé 82 000 euros et nous a cédé 600 ordinateurs. Nous contactons aussi les administrations publiques, les entreprises normandes et collectons leurs ordinateurs. Pour le reconditionnement, nous faisons appel à des personnes en recherche d’emploi que nous formons au Kaléidoscope. Cela permet de créer une boucle locale et de favoriser l’insertion professionnelle. Elles pourront plus facilement s’orienter vers d’autres voies.

Une fois reconditionnés, les ordinateurs seront redistribués aux collectivités, aux CCAS et aux partenaires sociaux qui se chargeront d’identifier les foyers qui en ont besoin. Chaque bénéficiaire sera accompagné dans la prise en main de son équipement. Des ateliers de médiation numérique leur seront proposés au Kaléidoscope. Dès février, les premiers ordinateurs seront prêts pour leur seconde vie. À l’horizon 2023, nous souhaitons en proposer 1 000 de plus et accueillir une soixantaine de stagiaires sur les découvertes-métiers. “