Histoire

L'anecdote historique : les majorettes du réveil Quevillais

Histoire et passion

Publié le

Il y a 100 ans, le 2 août 1922, naissait la fanfare Le Réveil Quevillais dans le but de regrouper tambours, clairons et trompettes.

Rapidement la formation aligne une cinquantaine de musiciens se produisant lors de concours, manifestations patriotiques et autres corsos fleuris. L’expérience est de courte durée et l’association range ses instruments au début des années 1930. Mais, tel un phénix, le Réveil Quevillais renait le 7 juillet 1955 sous l’impulsion du maire de Petit-Quevilly Martial Spinneweber et de Fernand Lauze conseiller municipal qui en sera le premier président. La nouvelle fanfare se donne pour objectif l’éducation de la jeunesse par la musique.

Toutefois, le Réveil Quevillais a du mal à attirer les filles dans ses rangs. Afin de devenir plus attractif, la décision est prise dans les années 60 d’adjoindre des majorettes aux musiciens lors des défilés. Le succès est au rendez-vous et l’on compte bientôt autant de musiciens que de majorettes. Enviées dans les années 1970, ringardisées dans les années 1980, les majorettes du Réveil Quevillais ont su évoluer avec leur temps.

Aujourd’hui, elles sont plus d’une quarantaine et continuent toujours de défiler mais sur des chorégraphies élaborées et des musiques actuelles faisant de leurs prestations de véritables spectacles. Depuis des années, elles se distinguent régulièrement lors des championnats. Nos sportives Rachel Tavares et Océane Lequeré viennent d’ailleurs d’obtenir le titre de de championnes de France en duo catégorie Excellence 4. Bravo !

Pour info : le SP Réveil-Quevillais organise son grand gala de fin d'année le dimanche 12 juin à 15h, salle Robespierre, 5€ pour les + de 12 ans et 2,5€ pour les - de 12 ans.