Histoire

L'anecdote historique : l'église Saint-Antoine de Padoue

A la découverture de l'église Saint-Antoine de Padoue !

Publié le

À la fin du XIXe siècle, Petit-Quevilly est confrontée à une importante croissance démographique qui nécessite la mise en place d’une seconde paroisse en plus de celle de Saint-Pierre. C’est donc à cette époque que l’église Saint-Antoine de Padoue est construite au 125 rue Jacquard.

En 1894, la construction de ce nouveau lieu de culte est confiée à l’architecte Lucien Lefort. Faute d’argent, les travaux ne peuvent aller au-delà des premières fondations. Une vaste église provisoire en planches est alors construite et ouverte aux paroissiens en 1898 en attendant mieux. Ce n’est que quelques années plus tard que les travaux reprennent de 1913 à 1922 sous la conduite de l’architecte rouennais Pierre Chirol.

L’intérieur comprend une vaste nef éclairée par un étage de vitraux qui se prolongent dans un chœur à abside orné d’une série de peintures de Paul Hippolyte Flandrin évoquant la vie de Saint-Antoine de Padoue. L’édifice en briques est réalisé dans un style industriel s’inspirant de l’architecture de la filature la Foudre toute proche. Cependant de nouveaux problèmes de financement empêchent l’église d’obtenir son clocher-porche prévu en 1914.

L’ensemble du chœur et de la nef est illuminé par des verrières conçues par les verriers Gamet, Augustin et Bourgeot. Par son aspect de bâtiment industriel et les peintures qu’elle renferme, l’église Saint-Antoine est inscrite sur la liste supplémentaire des monuments historiques depuis 2001. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles cet édifice vaut le détour!

Découvrir l'histoire de Petit-Quevilly