Seine Innopolispano Nerudapano-sculpturespano-theatre

événements

La clinique des Alliés

 

 

Durant des siècles, les Quevillais, comme tous les Français, naissent au domicile de leurs parents avec tous les risques encourus pour la santé de la mère et de son enfant. Dans les années 1920, l’idée germe chez certains médecins de la commune de permettre aux femmes d’accoucher dans de bonnes conditions sanitaires en mettant à leur disposition un lieu médicalisé installé en lisière du parc des Chartreux.

Il faut toutefois attendre la seconde moitié des années 50 pour que l’ouverture d’une maternité à Petit-Quevilly devienne effective. L’initiative revient aux deux jeunes gynécologues accoucheurs Bernard Lawday (1925-2014) et Jean-Claude Huret.

Les deux médecins formulent le projet d’ouvrir une maison d’accouchement équipée d’installations chirurgicales limitées aux mises au monde difficiles. Cette nouvelle maternité est particulièrement destinée à l’application de la méthode psycho-prophylactique d’accouchement sans douleur qui commence à se diffuser en France notamment grâce aux travaux du médecin Fernand Lamaze.

Pour la création de leur clinique, Lawaday et Huret acquièrent en 1956 une maison bourgeoise constituée de deux corps de bâtiments située 167bis avenue des Alliés à Petit-Quevilly. Débutée en 1941, la construction de la bâtisse a été interrompue à cause de la guerre.

L’état d’inachèvement du bâtiment va ainsi permettre d’y aménager facilement, sur deux niveaux, les différents espaces nécessaires au fonctionnement de la clinique. Le rez-de-chaussée est doté d’un bloc opératoire, d’une salle d’accouchement, de quatre chambres pour l’accueil des mères, d’une biberonnerie et d’une salle de garde. A l’étage huit chambres sont aménagées.

L’ouverture de l’établissement est autorisée par arrêté préfectoral du 10 juillet 1957. Cependant, dès le 8 juillet, la petite Annick est le premier enfant à y être mis au monde.En quelques années, la clinique des Alliés s’impose comme l’une des principales maternités pour les habitants des communes de la rive gauche de la Seine. Pour faire face à la demande, une seconde salle d’accouchement est mise en place dès 1960 au premier étage du bâtiment.

Plus de 8000 bébés voient ainsi le jour jusqu’en 1971. Mais l’année suivante, l’établissement est contraint de cesser son activité ne répondant plus aux normes sanitaires en vigueur. La petite Chrystèle est ainsi le dernier enfant à naitre dans la clinique quevilaise le 28 septembre 1971.

L’ex ministre des sports Valérie Fourneyron ou le comédien Franck Dubosc sont quelques-uns des bébés « les plus médiatiques » à avoir vu le jour à la clinique des Alliés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mentions Légales  | Plan du site

2014 © Ville Petit Quevilly
Développement et intégration - Au-delà des Pixels